Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2012

MERCI !

Je remercie les 2898 électeurs et électrices de la troisième circonscription qui ont fait dimanche dernier, le choix de l’Humain d’abord en votant pour notre candidature.

Avec 6,26% des exprimés, il s’agit du doublement de notre score de 2007 (3,3%). Je suis particulièrement fier du résultat obtenu dans ma commune : 16,45% (11,58% en 2007). Les Ripagériens m’ont placé devant le maire qui plafonne à 15,11%.

Permettez-moi de saluer et de remercier chaleureusement toutes les personnes, amis et militants qui se sont investis sans compter dans la campagne du Front de Gauche 2012. J’invite chacun à poursuivre et développer l’action pour le choix de l’Humain d’abord, ce beau titre du programme, slogan emprunté à l’ami Alain Bocquet, député du Nord en passe d’être réélu (46,57%). Au moment de publier ce billet, je me prépare pour ma première manif depuis l’élection de François Hollande : à 17h30, devant la bourse du travail de Saint Etienne, rendez-vous est donné ce mercredi pour exiger un moratoire sur les suppressions de postes d’enseignants. On ne lâche rien!

Le scrutin de dimanche dernier a été une nouvelle fois marqué par une forte abstention (41,75%), à peine moins forte qu’en 2007 (43,35%), alors qu’au plan national ce taux passe de 39,58% en 2007 à 42,78% en 2012.

L’essentiel de la campagne, ici comme dans tout le pays, a été marqué par le choix majeur fait lors de l’élection présidentielle.

Il s’agira pour le Front de Gauche au plan national à la fois de regarder la progression globale en nombre de voix et pourcentages sur 2007, mais aussi d’analyser les raisons qui nous ont fait perdre entre le 22 avril et le 10 juin de la même année, deux millions d’électeurs et 4,5% d’exprimés (11,10% à 6,9 %). L'hyper présidentialisation des élections législatives, la promotion du bi-partisme, l'absence de campagne nationale du Front de Gauche et un positionnement en décalage avec l'état d'esprit du peuple de gauche m'apparaissent des éléments à débattre.

Dans notre circonscription, c’est à peine si le 1er tour fut nuancé par la tentative de pieds nickelés Reynaud-Charvin. Pschitt ! Retour à la réalité, avec un affrontement de deuxième tour classique entre droite et gauche.

Certes le bloc droite-extrême droite semble rester majoritaire dans la diversité de ses nuances (24,71% pour Rochebloine, 20,86% pour le F-Haine, 11,15% pour Reynaud-Charvin), mais la dynamique pour le changement qui s’est exprimé à chaque scrutin de ce printemps permet de croire et d’agir pour que la droite soit enfin battue dimanche prochain.

Pour ma part j'ai rencontré le candidat PS en lice au second tour, Philippe Kizirian, ainsi qu’Eliane Masson sa suppléante, dès lundi matin. Je leur ai indiqué clairment mon positionnement: pas une voix ne doit manquer pour battre la droite. La candidature du PS est celle qui le permet. Je leur ai transmis un texte en ce sens qui doit être inséré dans leur circulaire électorale du second tour. Je leur souhaite plein succès!

J’aurai l’occasion dans quelques jours de détailler mon analyse politique de la séance électorale de 2012. Mais celle-ci n’est pas terminée.

Restons pleinement mobilisés pour battre la droite dimanche 17 juin.

Vincent BONY

08/06/2012

LE CHOIX D'UNE POLITIQUE, LE CHOIX DE L'HUMAIN D'ABORD!


Vincent BONY votre député Front de Gauche pour... par fortunateson

04/06/2012

LE DIMANCHE EST FAIT POUR SE REPOSER !


Vincent BONY avec le Front de Gauche pour le... par fortunateson

02/06/2012

SOUTENIR L'INITIATIVE INDUSTRIELLE ET L'EMPLOI


Vincent BONY à la rencontre d'une TPE ! par fortunateson

01/06/2012

MEETING SAMEDI A 17H AU FLORE AVEC PIERRE LAURENT

Ce samedi 2 juin, j’ai le plaisir et l’honneur d’accueillir le Président du Conseil de campagne du Front de Gauche, mon ami Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.

C’est l’une des révélations de notre campagne collective et la tête pensante de notre mouvement. J’avais eu l’occasion de le recevoir l’an dernier lors de la campagne électorale des cantonales.

PCF 2.jpg


Un meeting se tient à 17h salle du Flore, boulevard Jules Janin à Saint Etienne ou Pierre Laurent s’exprimera aux côtés de syndicalistes et de candidats du Front de Gauche aux législatives. Entrée libre et fraternelle !

En avant-première, je retranscris ci-dessous la réflexion de Pierre Laurent à propos des enjeux européens les plus brûlants.

Vincent BONY

votre député

 

Rapport Barroso: le cœur de la politique à affronter pour réussir le changement.

« Hier, Monsieur Barroso, le pape de l’orthodoxie libérale, a distribué les bons et les mauvais points entre les pays membres de l’UE, a prescrit une nouvelle vague d’austérité et menacé de sanctions certains pays, dont la France, l’Espagne et Chypre. Je tiens à rappeler que la Commission européenne, avec ses « experts » et ses « recommandations », porte une lourde responsabilité dans le chaos social et économique en Europe et le désastre grec.

Les dirigeants européens ont attribué ces derniers mois à cette institution non élue des pouvoirs relevant de la souveraineté des peuples européens en matière budgétaire et économique, dans un consensus assourdissant au plan européen entre les forces libérales de droite, mais aussi sociales démocrates et écologistes. Le traité Sarkozy-Merkel renforce et automatise cette confiscation des choix populaires et l’austérité généralisée, alors même qu’elles sont contestées comme jamais, dans les urnes et dans les rues.

C’est le cœur de cette politique que la France doit affronter si elle veut réussir le changement.  C’est pourquoi une renégociation du traité européen doit toucher à ses fondements si une majorité de gauche veut être libre de mettre en place une politique de progrès social et rendre au parlement son pouvoir élémentaire de décision budgétaire. C’est aussi pourquoi la majorité de gauche sera obligée d’aller plus loin que les engagements trop limités de François Hollande. Pierre Moscovici a fait une erreur en annonçant dés hier que la France pourrait respecter les critères budgétaires imposés. Le respect des « recommandations Barroso » et la relance de l’activité ne sont pas compatibles.

Les candidates et candidats du Front de gauche et leur groupe à l’Assemblée nationale seront les garants d’une réorientation de l’Europe, un choix majoritaire dans le peuple et nécessaire à gauche. Si le contenu du traité - renégocié ou non - n’est pas transformé, ils refuseront de le ratifier au parlement et exigeront un referendum. »

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, Président du PGE